City Football Group : le Disney du Football

Ferran Soriano n’est pas seulement le président de Manchester City, mais aussi de New York City FC, en Major League Soccer (MLS), et de Melbourne City FC, en Australie. Ces trois clubs sont les fleurons du City Football Group (CFG), dont le Catalan est également le P.-D.G., mais aussi l’instigateur, le créateur et l’éminence grise.

Ferran Soriano n’est pas seulement le président de Manchester City, mais aussi de New York City FC, en Major League Soccer (MLS), et de Melbourne City FC, en Australie. Ces trois clubs sont les fleurons du City Football Group (CFG), dont le Catalan est également le P.-D.G., mais aussi l’instigateur, le créateur et l’éminence grise. Il en avait l’idée depuis bien avant que d’autres ne l’appliquent, comme Red Bull (Leipzig, Salzbourg, New York, Bragantino), la famille Pozzo (Watford, Udinese, Grenade) ou United World Group (Sheffield United, Chateauroux, K Beerschot, Al Hilal, Kerala United) : un groupe possédant plusieurs clubs à travers le monde, de tailles, budgets, niveaux et ambitions différents.

C’est le fonds d’investissement d’Abu Dhabi...

Julien LAURENS
Julien LAURENS

La Drôle de Dame anglaise depuis septembre 2018. A joué au foot avec Gilbert et a connu Piquionne et Rothen quand ils étaient encore célèbres et compétents dans leur domaine.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire