Y a que l'émotion qui compte !

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !


Je n’ai pas oublié les Verts de 1976, que j’ai découverts un an après. Les Verts étaient partout en photo, en poster. Dans ma télé, ils étaient gris. La télé couleur a tout changé. J’ai découvert que Casimir était orange et que les Verts étaient beaux. Le foot, c’était aussi une affaire de couleur. Je n’ai jamais oublié ce 2 mars 1977, soir de Saint-Étienne-Liverpool, en quart de finale de Coupe d’Europe. Ces couleurs, les verts et les rouges. Deux semaines plus tard, c’était encore plus beau, plus fort et plus triste. Défaite et élimination. Mais le but de Bathenay reste. L’image de ses bras tendus et de sa joie mesurée servira longtemps à habiller des génériques d’émissions de foot. Ça construit une mémoire.

J’ai découvert les Verts dans...

Daniel RIOLO
Daniel RIOLO

Journaliste et animateur historique de l'After Foot, il est surtout connu pour rester zen face aux insultes sur Twitter.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire