Infantino, l'architecte du chaos

Gianni Infantino, président de la FIFA, veut réformer le football mondial et en faire un produit de (sur)consommation. Pour cela, il cherche à influencer les acteurs qui comptent dans ce monde où le foot attise toutes les convoitises. À titre plus personnel, il veut marquer le football de son empreinte.


Les règlements sont à la FIFA, le foot est à l’UEFA. » Cet adage entendu sur les bords du lac de Genève où siège la confédération européenne résume la fracture entre les deux plus puissantes instances du football mondial. À travers l’International Football Association Board (IFAB)(1), la FIFA dicte les règles du jeu. Elle en est l’architecte. Si un jour il est décidé de supprimer le hors-jeu ou qu’un tir de 30 mètres vaut « deux points », ce sera du seul fait de la FIFA. Les six confédérations régionales (2) et leurs associations devront soit baisser la tête, soit engager un bras de fer douloureux. Et l’unique perdant en sera le football.

Nous n’en sommes pas là. Mais le projet d’une Coupe du monde bisannuelle, celui d’une Coupe du monde des...

Flavio Garda
Flavio Garda

Depuis près de 20 ans, Flavio Garda collabore avec les instances internationales du football. Il a côtoyé les dirigeants, suivi leur ascension et leur chute. Il a également profité d’un système où le prisme de l’argent et du pouvoir déforme le réel.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire