la revue
Italie
Berlusconi, à l'aise sur tous les terrains Abonnés
Berlusconi, à l'aise sur tous les terrains

Silvio Berlusconi a été l’un des premiers à saisir la portée politique du football, et le moins qu’on puisse dire est qu’il a su exploiter ce mélange des genres pour étendre son pouvoir, en jouant avec les limites et en faisant preuve d’une belle intelligence tactique.


Mercredi 18 mai 1994. Silvio Berlusconi est l’homme le plus heureux d’Italie. Et le plus puissant. Au stade Olympique d’Athènes, son Milan est en train d’écraser Barcelone en finale de Champions League (4-0). Mais lui n’est pas en tribune, ni au stade. Il est à Rome, pour suivre une autre finale. À peine quelques secondes après le but du 3-0 signé Savicevic, dans le noble palais Madama, le président du Sénat italien, Scognamiglio Pasini, annonce que la coalition de centre-droit Polo delle Libertà (le Pôle de la liberté, PDL) a obtenu la confiance de la chambre haute italienne (159 voix contre 156) pour former le premier gouvernement Berlusconi. Un double triomphe. « Je suis ici et en même temps, il y a une équipe qui porte haut le nom de l’Italie et gagne une Coupe des champions », s’enthousiasme le nouveau président du Conseil.(1)

Le ballon rond pour mieux rebondir

Pendant presque vingt-cinq ans, football et politique se sont mélangés dans la vie de Silvio Berlusconi, comme dans celle des Italiens. Pourtant, l’apparition sur le terrain politique de l’homme d’affaires milanais a été davantage une décision contrainte par la situation économique italienne au début des années 90 qu’une stratégie de longue date. Cette nuit de mai 1994, à la fois un summum et un tournant, symbolise le mélange entre le sport et la politique, mais il y a fait ses premiers pas dès 1992.

On est à la veille des élections municipales à Milan quand « il Cavaliere » (il a été surnommé ainsi après avoir été fait Chevalier de l’Ordre du mérite du travail en 1977) se prononce sur la situation de la ville : « Il y a beaucoup à faire pour Milan, si j’avais le temps, je me présenterais à la mairie, pour amener la ville où...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

la revue
Italie
Berlusconi, à l'aise sur tous les terrains Abonnés
Simone Rovera
Simone Rovera

100 % italien, originaire d’Alba, dans le Piémont, la ville de la truffe et de la Nutella. Évidemment gourmand. Mon premier After c’était en 2016 et je me suis tout de suite senti comme chez moi. Supporter de la VAR, favorable a la Superligue et amoureux de Verratti. Esprit de contradiction en mode ON.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Bingo : Courbis sans artifice
Bingo : Courbis sans artifice Abonnés

Comment ça, Rolland aurait, à l’antenne, quelques tics de langage et de syntaxe, voire idéologiques ? Rendez-vous pour vérifier et compter les points dès la prochaine émission avec nos cartes de bingo. S’il est en forme, c’est 15 minimum.

0 commentaire
Le roman-photo de l'After
Le roman-photo de l'After Abonnés

Les 24 h chrono de Gilbert par Jérôme THOMAS (dialogues) et Constance GOURNAY (Photos)

0 commentaire