Berlusconi, à l'aise sur tous les terrains

Silvio Berlusconi a été l’un des premiers à saisir la portée politique du football, et le moins qu’on puisse dire est qu’il a su exploiter ce mélange des genres pour étendre son pouvoir, en jouant avec les limites et en faisant preuve d’une belle intelligence tactique.


Mercredi 18 mai 1994. Silvio Berlusconi est l’homme le plus heureux d’Italie. Et le plus puissant. Au stade Olympique d’Athènes, son Milan est en train d’écraser Barcelone en finale de Champions League (4-0). Mais lui n’est pas en tribune, ni au stade. Il est à Rome, pour suivre une autre finale. À peine quelques secondes après le but du 3-0 signé Savicevic, dans le noble palais Madama, le président du Sénat italien, Scognamiglio Pasini, annonce que la coalition de centre-droit Polo delle Libertà (le Pôle de la liberté, PDL) a obtenu la confiance de la chambre haute italienne (159 voix contre 156) pour former le premier gouvernement Berlusconi. Un double triomphe. « Je suis ici et en même temps, il y a une équipe qui porte haut le nom de l...

Simone Rovera
Simone Rovera

100 % italien, originaire d’Alba, dans le Piémont, la ville de la truffe et de la Nutella. Évidemment gourmand. Mon premier After c’était en 2016 et je me suis tout de suite senti comme chez moi. Supporter de la VAR, favorable a la Superligue et amoureux de Verratti. Esprit de contradiction en mode ON.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire