La Révolution Ronaldo

En août 1994, une météorite s’écrase aux Pays-Bas : le jeune Ronaldo, pas encore majeur, y éclabousse le championnat de son talent. Le 4-3-3 batave, la nomenclature néerlandaise de jeu, le poste d’attaquant de pointe, tout vole en éclats, pour le plus grand plaisir des supporters et de ses coéquipiers.


Moi, j’étais là pour donner des ballons à Ronaldo. J’avais la chance qu’il soit à la conclusion de ma passe. » Boudewijn Zenden en rigole encore aujourd’hui. En côtoyant le Brésilien pendant deux saisons au PSV Eindhoven, l’ancien joueur de l’OM était aux premières loges pour assister à la première aventure européenne de Ronaldo. Il se replonge avec gourmandise dans ses souvenirs.

Né la même année que l’attaquant de la Seleção, Zenden vient d’arriver en équipe première lorsque la star brésilienne débarque à Eindhoven, auréolé d’un titre de champion du monde sans avoir joué la moindre minute. À l’époque, il n’y a ni réseaux sociaux, ni diffusion quotidienne de matchs de football, encore moins de plateforme où sont recensées les performances...

Johann CROCHET
Johann CROCHET

Spécialiste du football italien pour RMC Sport, Crochet peut être aussi direct qu'une ouverture de Totti et plus tranchant qu'un tacle de Materazzi. Mais il est aussi objectif qu'un homme en noir qui arbitre la Juve.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire