C'est quoi ton Football ?

Didier Roustan face à Walid Acherchour. Les deux visages de deux générations différentes, réunies le temps d’un échange autour d’un mot : football. Entretien croisé et passionné. Propos recueillis par Charles Corver


DIDIER ROUSTAN : Il y a deux choses dans le football, selon moi : le match et les alentours. J’ai une philosophie de vie dans ce métier : chercher le bonheur là où il se trouve, pour me ressourcer et me rafraîchir. Dans le jeu, c’est pareil. Le football est de plus en plus robotisé et aseptisé. Il croule sous les statistiques. Mais certains joueurs parviennent à garder une part d’humanité. Benzema, par exemple, humanise ce sport. Un robot va faire ce que tu lui demandes. Comme les joueurs de foot. Et c’est normal, car ce sport s’est « américanisé ». Et ça, je n’aime pas.

WALID ACHERCHOUR : Mon plaisir dans le football, il passe par le jeu. J-E-U et pas J-E. Je suis très attentif à la transmission des coachs, à la production collective des ...

Walid ACHERCHOUR
Walid ACHERCHOUR
Didier ROUSTAN
Didier ROUSTAN
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire