Quand Platoche régalait

PAR Jean-Marc Leynet Expert en Objets et Memorabilia du Football


Ce maillot est celui que portait Michel Platini le 5 juin 1986 lors du match France-URSS de la Coupe du monde au Mexique. Il l’a offert à l’un de ses coéquipiers à la fin du match. Les deux meilleures équipes européennes du moment s’affrontent dans la finale du groupe. Après leur victoire initiale face au Canada, 1-0, les coéquipiers de Platini ne doivent pas perdre pour espérer se qualifier pour les huitièmes. À l’époque, les matchs se jouent à midi, avec des cameramen torse nu sur le côté du terrain... La chaleur mexicaine réussit mieux aux Soviétiques, qui marquent par Vassili Rats. Luis Fernandez égalise à une demi-heure de la fin. Score final : 1-1. Les Bleus battent ensuite la Hongrie. Ils iront en demi-finale du Mundial.

Jean-marc LEYNET
Jean-marc LEYNET

EXPERT EN OBJETS ET MEMORABILIA FOOTBALL

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire