la revue
géopolitique
Sport et football : l’Euro de toutes les contradictions Abonnés
Sport et football : l’Euro de toutes les contradictions

Au cœur de cet Euro 2020 si particulier, le football serait devenu politique. Comme si l’on y avait découvert subitement le caractère intrinsèquement politique du sport de haut niveau.

On peut certes concéder que la 16e édition de l’Euro, imaginée par Michel Platini et organisée dans 11 villes et 10 États différents, aura été particulièrement riche en revendications politiques. Mais croire que face à ce péril qui menacerait gravement son avenir, il conviendrait de revenir en urgence au traditionnel apolitisme du sport, garant des sacro-saintes valeurs sportives, est un leurre. Le football est politique par essence.

Trop souvent, et de manière trop simpliste, considéré comme un miroir de la société, le sport est une terre de paradoxes. Le football en est le parfait exemple. Toute revendication identitaire y est perçue avec défiance, alors même qu’il se nourrit de son attachement viscéral à l’idée de nation. Avec un maillot marqué aux couleurs du pays, le drapeau national flottant derrière eux et brandi en tribunes, l’hymne national repris par tout un stade avant et pendant chaque rencontre, difficile de considérer que le sport, et le football plus particulièrement, sont politiquement neutres. Le temps d’un match ou d’une compétition, alors même qu’ils sont devenus des marques mondialisées, les footballeurs deviennent les premiers des citoyens, censés défendre, au moins symboliquement, l’honneur national et la patrie face à l’adversaire du soir ou de toujours. Le lexique du sport est martial, ce n’est pas par hasard. L’équipe nationale est l’emblème de l’État-nation.

Oui, le football est un terrain de revendication de l’identité nationale. La version 2021 du maillot de l’Ukraine, où s’inscrivait une carte du pays incluant la Crimée, annexée en 2014 par la Russie, en atteste. Mais, au-delà des revendications nationales traditionnelles, il semble que quelque chose de nouveau se passe sur la planète foot : les messages politiques sont désormais autorisés sur les maillots, les brassards prennent les couleurs de l’arc-en-ciel, les joueurs mettent genou à terre avant le début des matchs, ce...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire