la revue
Supporters
Supporters d'Arsenal entre plaisir et Sacerdoce Abonnés
Supporters d'Arsenal entre plaisir et Sacerdoce

Être supporter, c’est vivre des moments de joie et, plus sûrement, des désillusions, qui ne changent rien à la relation passionnelle qu’on entretient avec son équipe de cœur. À Arsenal notamment, on n’aime pas son club que pour le football.


Quand tu commences à supporter un club de football, tu ne le supportes pas à cause des trophées qu’il remporte ou pour un joueur ou son histoire. Tu le supportes parce que tu y as trouvé ta place, un endroit auquel tu sens que tu appartiens. » Cette phrase de Dennis Bergkamp, prononcée alors qu’il était encore joueur d’Arsenal, est célèbre en Angleterre. Elle date un peu, mais reste d’actualité, en ce qu’elle résume le sentiment d’appartenance à un club, à une communauté, tel qu’il est vécu outre-Manche. Victoires ou défaites, trophées ou régime maigre, cycle positif ou négatif, rapide montée en puissance, arrivée au sommet étape par étape, lente descente aux enfers ou chute brutale, peu importe, la motivation est ailleurs. L’adage du Néerlandais volant, son surnom (alors qu’il a une phobie maladive de l’avion), n’est pas toujours vrai, ou du moins pas totalement vrai. Mais chaque supporter peut s’y identifier. On peut aimer et supporter un club pour un joueur, un entraîneur, un style de jeu ou par amour filial, bien sûr. En Angleterre, ne dit-on pas qu’on ne choisit pas son club, mais qu’on en hérite de son grand-père, de son père, de son frère, de son oncle ou de n’importe quel membre de sa famille ?

Cela dit, revenons à l’essence même du supporter. Et plus précisément, parce que c’est Bergkamp, au supporter d’Arsenal.

Un Arsenal sans munitions mais pas sans armes

Le club connaît une période compliquée – huitième de Premier League l’an dernier, huitième, deux fois cinquième et sixième les quatre saisons précédentes. Elle dure depuis le départ d’Arsène Wenger en mai 2018, après vingt-deux ans à la tête du club, où il était arrivé, totalement inconnu, en 1996.

L’ère Wenger n’est pas simplement synonyme de victoires, en Premier League (3), en Coupe d’Angleterre...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire