laRevue
Économie
Transferts et plus-value : les tours de passe-passe comptables Abonnés
Transferts et plus-value : les tours de passe-passe comptables

La crise économique et les bilans déficitaires ont poussé les clubs à se montrer créatifs s’ils voulaient retrouver leur équilibre financier. Parmi leurs inventions, la plus-value fictive menace l’intégrité des joueurs et leur bien-être psychologique. Si cette astuce comptable n’est pas sans risque ni effets pervers, elle intéresse de plus en plus les dirigeants.

Vous ne trouvez pas que ces derniers temps, on assiste à des transferts pour le moins curieux ? Des sommes étonnantes pour certaines transactions ? Ainsi de l’inexpérimenté Stefano Sturaro, vendu 16,5 millions d’euros au Genoa, ou d’Emil Audero, 20 millions d’euros à la Sampdoria. Des sommes importantes pour d’illustres inconnus.

Pire, à l’été 2020, le transfert du joueur de la Juventus, Miralem Pjanić, a fait beaucoup parler. Alors que les clubs s’alarmaient des effets de la crise sanitaire et de l’impact du confinement, des huis clos et de la crise économique, le joueur bosnien était cédé contre 60 millions d’euros, hors bonus, au FC Barcelone. Au même moment, le Brésilien Arthur faisait le chemin inverse et arrivait en Italie. Montant du transfert : 72 millions d’euros.

UN BON JOUEUR DE MONOPOLY DOIT S’ACCROCHER POUR COMPRENDRE

Un père de famille gérant au mieux sa comptabilité aurait fait plus simple, une sorte d’échange payant : « Tu me donnes Arthur et je te donne Pjanić, plus 12 millions d’euros. » Au Monopoly, un orange contre un rouge et un petit supplément en cash. Le Barça et la Juve lui ont pourtant préféré un transfert sec, plein et surtout cher. C’est là que même un bon joueur de Monopoly doit s’accrocher pour comprendre.

Tout est parti d’un accord entre les deux clubs, qui ont profité d’un point du règlement comptable international. Pour les clubs, depuis les années 1990, les joueurs sont considérés et intégrés comme « des actifs intangibles inscrits à leur bilan », au même titre que n’importe quel investissement immobilier, placement financier ou dépense structurelle. Autrement dit, ce sont des biens qui peuvent être amortis sur toute la durée de leur contrat. Ils constituent ce qu’on appelle le « portefeuille joueurs ».

Lorsqu’un joueur est acheté, il signe un contrat...

Contenu réservé aux abonnés

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire