laRevue
Ultras
"Une saison en enfer" pour nos tribunes Abonnés
"Une saison en enfer" pour nos tribunes

Les fans demeurent le facteur clé de succès du modèle économique du football. Après un an de huis clos forcé par la pandémie et une saison émaillée de violence en tribune et sur le terrain, comment améliorer la compétitivité du football tricolore ?


Parce que chaque coupe du monde réunit plus de 3 milliards de téléspectateurs, parce qu’ils sont plus de 20 millions d’européens à le pratiquer, parce qu’à chaque journée de championnat, ils sont plus de 20 000 spectateurs à se rendre dans des stades de Ligue 1, on dit du football qu’il est le roi des sports et une référence économique.

Parce que localement, un club professionnel réunit tous les 15 jours plus de citoyens que n’importe quel meeting d’un candidat à l’élection présidentielle, le football est un phénomène politique. Malgré cette dimension populaire, Edouard Philippe, alors Premier ministre, s’est présenté le 28 avril 2020 devant l’Assemblée Nationale pour annoncer la fin des championnats. Par amour du ballon rond ou par populisme, aucun gouvernement des grands pays de football n’a pris une décision similaire.

Certes, l’explosion des droits TV a fait reculer la part de la billetterie dans le budget des clubs, pour autant les fans demeurent le facteur clé de succès du modèle économique du football. Plus ils sont nombreux dans un stade, plus la panneautique prend de la valeur. Plus ils sont nombreux devant les écrans, plus les médias se battent pour les diffuser. Plus ils sont nombreux à suivre les publications de leur club sur les différentes plateformes de réseaux sociaux, plus les sponsors sont disposés à investir pour développer a minima leur notoriété, au mieux leur business.

Oui, mais c’était avant … la pandémie. La brutale déprogrammation des matches a laissé la place à un débat digne d’un sujet du baccalauréat : mieux vaut un match sans public ou pas de match du tout ? Dès que la Bundesliga a repris à huis clos, la réponse s’est impose à tous : même sans public, même si le spectacle en est « dégradé », un match de football reste...

Contenu réservé aux abonnés

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire