laRevue
Supporters
Vous n’aurez ni l’Alsace ni le Racing Abonnés
Vous n’aurez ni l’Alsace ni le Racing

Le RC Strasbourg est un club instable, qui a enfanté des générations de supporters aussi vite enchantés que démoralisés. Les médias nationaux ont vu dans sa descente aux enfers, conclue par un dépôt de bilan en 2011, puis dans sa remontée depuis le monde amateur, le soutien indéfectible d’un public fidèle. La réalité est plus complexe.

Samedi 15 septembre 2018. Strasbourg et Montpellier se séparent sur le score de 1 partout. Aux pieds du kop, les supporters débriefent, l’ambiance notamment. Depuis deux ans que la tribune existe, ils ont eu le temps de prendre leurs repères. De l’avis général, ce jour-là, la performance est honorable, mais loin, très loin, de l’atmosphère de douce folie qui régnait sur la Meinau après le coup franc de Dimitri Liénard dans les ultimes minutes d’une rencontre couperet pour le maintien, quatre mois plus tôt. Non, contre les Pailladins, c’est à un match typique du début de saison qu’ils ont assisté, sans grand enjeu et sans scénario accrocheur susceptible de transcender les foules. Comme l’examen de sortie du commissaire Bialès, c’est « bien, mais pas top ».

Pourtant, le lendemain, dans le quotidien sportif de référence, une partie du compte rendu du match est consacrée à la formidable atmosphère dans le stade et à son public si fervent. Ce sera le cas à plusieurs reprises au cours de la saison, au point de devenir un cliché, repris notamment par la chaîne cryptée qui détient les droits de la Ligue 1. C’est la consécration médiatique pour le public strasbourgeois, qui aurait poussé son équipe à se sortir des tréfonds du CFA2. Cette prophétie autoréalisatrice – l’observateur s’attend à trouver quelque chose, donc il en perçoit le plus faible signal – interroge sur la valeur des étiquettes qu’on accole à certaines villes ou régions, transformées en villes ou régions de foot selon des critères parfois nébuleux. À Strasbourg, le contraste est d’autant plus saisissant que dans les années 1980, 1990 et 2000, la réputation était inverse : la presse nationale disait du public local qu’il était froid et trop exigeant avec ses joueurs, au mieux nostalgique de l’époque Gilbert Gress, au pire xénophobe,...

Contenu réservé aux abonnés

86 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire