Les vérités que le monde du foot doit entendre

Milan-Liverpool 2005, une victoire « par miracle » Gratuit
Publié le 17 mai 2022
Milan-Liverpool 2005, une victoire « par miracle »
Le 28 mai prochain aura lieu la 67ème finale de LDC entre le Real Madrid et Liverpool. Retour sur quelques finales marquantes. . Aujourd’hui, la mythique finale de 2005 qui voit Liverpool bénéficier du fameux « miracle d’Istanbul ».

Ce mercredi 25 mai 2005, il souffle comme un parfum de fête à Istanbul. Ce jour-là, la ville est le théâtre de la 50ème finale de Ligue des champions au Stade Olympique Atatürk. Personne ne s’imagine alors du spectacle qui s’en suivra. Face à face, deux grands clubs européens au passé bien différents. D’un côté, l’AC Milan, entrainé par Carlo Ancelotti, avec de grands noms du football dans ses rangs : Maldini, Kaka, Pirlo, Cafu, Chevtchenko. Le club italien était alors sextuple vainqueur de la compétition et dont le dernier sacre remontait simplement à 2 ans face à son grand rival la Juventus. De l’autre côté, Liverpool emmené par Rafael Benítez, avec dans ses rang Gerard, Traoré, Garcia, Kewell. Les Anglais étaient à l’époque quadruple vainqueur et n’avaient plus remporté le précieux trophée depuis 1984. Leur dernière participation en finale remontait par ailleurs à 1985, une finalé entachée par la tragédie du Heysel qui avait fait 39 morts.

Ce mercredi 25 mai 2005 vient également inaugurer un face à face de légende entre deux capitaines en devenir : Paolo Maldini et Steven Gerard. Même si Milan est annoncé comme le grand favori, le duel de choc au sommet est bien prévu entre ces deux clubs là.

Le match démarre et il n’aura pas fallu longtemps pour assister au premier but. A peine 52 secondes de jeu et à la suite d’un coup franc tiré par Andrea Pirlo, Paolo Maldini décroche une frappe en volée du droit permettant aux Milanais de prendre les devants. Un but iconique, devenant le plus rapide de l’histoire des finales de Coupe d’Europe et faisant de Maldini le buteur le plus âgé dans une finale, dépassant Luis Aragones. Les Rossoneri, qui d’ailleurs ce soir-là ne jouent pas dans leurs couleurs traditionnelles rouge et noir mais en...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter