Les vérités que le monde du foot doit entendre

Marseille : le tournant manqué d’une équipe fatiguée Gratuit
Publié le 27 octobre 2022
Marseille : le tournant manqué d’une équipe fatiguée
Si la prise de fonctions d’Igor Tudor au poste d’entraîneur de l’OM avait accouché de prestations solides et convaincantes, l’élimination de toutes compétitions européennes contre Tottenham est la conséquence d’une fatigue tactique et physique palpable chez les Marseillais depuis un mois et demi.

Difficile de parler de plusieurs braquages à la suite

On parlait d’accident à la suite de la première défaite de l’OM en championnat le 8 octobre contre Ajaccio, puis de braquage subi par Lens deux semaines plus tard. Dix jours plus tard, cela fait donc une troisième défaite consécutive au Vélodrome, à nouveau dure à digérer, cette fois-ci en Ligue des Champions. Il y a eu entre temps le classique perdu au Parc et le déplacement à Strasbourg de samedi dernier, où les Marseillais avaient déjà encaissé l’égalisation à l’ultime seconde du temps additionnel, avant de récidiver beaucoup plus dramatiquement contre Tottenham. Difficile de parler de braquages quand ceux-ci se succèdent sur une période de moins d’un mois et que les défaites précédentes en Ligue des Champions, notamment celle à Francfort il y a une semaine, laissaient entrevoir un management tactique et humain de Tudor qui ont essoufflé les troupes olympiennes au beau milieu d’un premier moment charnière de la saison.

Des craquages de fatigue

S’il y avait un mot-clé pour définir la période automnale que traverse l’OM, ce serait la fatigue, voire l’épuisement. Le 3-4-3 déployé dès le début de saison par Tudor, à base de pressing, de jeu direct et d’exploitation des latéraux s’était montré ambitieux et efficace en résultats, toutefois face à des équipes inférieures en ligue 1 (en incluant Nice et Lille, qui étaient en rodage) et en pouvant déceler une animation énergivore dont les observateurs ont rapidement questionné la viabilité. La défaite inaugurale en Ligue des Champions à Tottenham pouvait à raison être vue comme une « défaite encourageante », mais la déconvenue à domicile contre Francfort l’était déjà un peu moins (titularisés, Payet et Gerson s’étaient alors montrés transparents). Le match au Vélodrome qui s’en était suivi, la même semaine contre Rennes (1-1) a...

Contenu disponible gratuitement

78 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter