Les vérités que le monde du foot doit entendre

Affaire de la sextape : et l'exemplarité dans tout ça ? Gratuit
Publié le 24 novembre 2021
Affaire de la sextape : et l'exemplarité dans tout ça ?

Le président de la FFF a confirmé que l'attaquant des Bleus restait sélectionnable. Une communication qui a inspiré cette lettre d'abonné adressée aux représentants des institutions, des médias et aux passionnés du football français.

A la suite du jugement concernant l’affaire de la sextape impliquant Mathieu Valbuena, Karim Benzema et des connaissances de celui-ci, nous avons appris avec effarement qu’un joueur condamné par la justice pour des actes ayant eu lieu en parti dans le centre d’entrainement des bleus demeure à partir d’aujourd’hui toujours sélectionnable selon le président de la FFF.

Dans la condamnation, il est précisé que l'enregistrement a pesé lourd et que son amitié l'a perdu. Notons aussi que contrairement aux autres protagonistes de l'affaire, Karim Benzema ne s'est pas présenté au tribunal. Par ailleurs, en quelques jours nous avons vu le pire de notre cher football français : violence, représentants des institutions sportives et de l'État à la rue, joueurs condamnés ou en prison pour des faits gravissimes présumés. Sans parler de la violence omniprésente passée sous silence dans le foot amateur.

Avec cette condamnation à 1 an de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende, la réaction de la FFF aurait dû être la suivante :

« Monsieur Benzema n'est définitivement plus sélectionnable » ... d'autant que d'autres accusés ont reconnu les faits qui leurs étaient reprochés. Mais comme d'habitude le président de la FFF vise à côté.

Voilà plusieurs années que des gens comme moi, peu importe leurs origines, ne sentent pas/plus représentés par KB9 en raison de ses propos, actes ou fréquentations. Nous en avons assez de voir ses proches ou ses fans aveugles pleurent misère sur les radios comme l'After à l’instar de monsieur Karim Djaziri, qui, quelques heures après le jugement, se permet en plus de la condamnation de son ami de porter un jugement moral sur la vie privée de Mathieu Valbuena lors d’un échange avec Daniel Riolo. Question moralité, le clan Benzema est semble-t-il totalement en dehors des clous.

Durant la fin du printemps, j'ai pris acte comme beaucoup du retour surprise du joueur madrilène lors de l'Euro où il a été performant. Cependant, même si sportivement il méritait sa place grâce à ses performances en club, force est d'admettre qu'il n'aurait moralement jamais dû être dans le groupe France Euro de football, et ce, pour les raisons suivantes :

  1. L'affaire était toujours en cours
  2. Il a perturbé le groupe France par ses sorties médiatiques (likes + propos polémiques sur le sélectionneur et un joueur)
  3. Parce qu'à l'arrivée du sélectionneur Deschamps, une charte comportementale avait été établie, charte qu'il n'a pas respecté.

Ensuite, rappelons que les faits pour lesquelles KB9 est condamné se sont déroulés pour certains à Clairefontaine, centre d'entrainement des bleus et qu'un homme (Mathieu Valbuena) a vu sa carrière en partie brisée par ces faits.

Il est donc du devoir de monsieur Le Graët, président de la Fédération Française Football, de protéger les symboles de notre football. Or, le centre d'entrainement des bleus en est un. Laisser Karim Benzema sélectionnable revient donc à cracher sur :

  1. La justice
  2. La morale
  3. Les institutions du football français
  4. La souffrance de Mathieu Valbuena

Qu'on se le dise : l'image renvoyée aux jeunes est catastrophique. On peut donc visiblement être reconnu coupable de complicité d'une tentative de chantage s’étant déroulée dans au cœur de la vie du football français (Clairefontaine) sans sanction sportive définitive : l'exclusion du groupe France. On ouvre en grand la porte ouverte à tous les excès.

Le sentiment d’impunité dans le football risque en conséquence d’être ressenti à nouveau par nombre d’entre nous et ce pour une raison simple : Mathieu Valbuena est la victime de cette affaire et a donc été condamné définitivement à faire une croix sur sa carrière internationale. Le judiciaire est passé, il faudrait maintenant que les instances de notre football appliquent de leur côté la moralité et le sportif.

Le pire est que les suiveurs professionnels et passionnés ne sont pas étonnés au vu de ce qui est dit sur les individus censés garantir le bon fonctionnement du ballon rond (alcool, harcèlement, copinage, haine...). Nous sommes dans le pays des champions du monde et pourtant le football n’a peut-être jamais été autant détesté depuis Knysna.

Si des sujets plus graves sont davantage à l'ordre du jour, cela ne doit pas nous empêcher d'agir dans cette affaire. Nous parlons ici de violences morales et psychologiques ayant été orchestrées par plusieurs individus dont l’un est un des hommes phares de notre football ces 10 dernières années. Nous parlons également d'un autre représentant de notre football (Mathieu Valbuena). Vous avez les moyens d’agir : AGISSEZ pour éviter que d’autres affaires plus graves ne se produisent à l’avenir et envoyez un message de d'exemplarité en direction des jeunes qui représentent avant tout le futur de ce sport.


Alexis Salles (30 ans) est auditeur de l’After et abonné à la revue AfterFoot.
commentaireCommenter