Les vérités que le monde du foot doit entendre

Qui est Roman Abramovitch, cet oligarque russe pionnier du foot-business ? Gratuit
Publié le 7 mars 2022
Qui est Roman Abramovitch, cet oligarque russe pionnier du foot-business ?

Le propriétaire emblématique de Chelsea, Roman Abramovitch, a annoncé la vente du club de foot londonien en raison de la guerre en Ukraine et de ses relations douteuses avec Vladimir Poutine. Portrait d'un homme controversé.

En 2021 la fortune de Roman Abramovitch était estimée à 15,4 milliards de dollars, ce qui en faisait la 124ème personne la plus riche du monde. Depuis le 24 février 2022 et l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe ce qui est surtout mis en avant par les médias occidentaux ce sont ses bonnes relations avec le tyran Vladimir Poutine. Si cela est une évidence, une mise en perspective historique et politique me semble cependant nécessaire.

Né le 24 octobre 1966 à Saratov en URSS, Roman Abramovitch a 20 ans lorsque Mikhaïl Gorbatchev entame la Perestroïka, et 25 ans à la chute de l’URSS. Après plus de 70 ans de dictature communisme et d’économie planifiée, les Russes découvrent le libéralisme économique au travers une thérapie de choc. Une période toute indiquée pour le jeune Roman Abramovitch de faire des affaires, entreprendre et s’enrichir, dabord dans les affaires boursières et le trading. Son premier filon consistera à vendre du pétrole à des producteurs locaux au prix du domestique, puis de revendre ce pétrole à l’étranger via une licence d’exportation.

Sous la présidence de Boris Eltsine (1991-1999), Roman Abramovitch devient dans le paysage commercial l’un des hommes les plus puissants de Russie, notamment dans les hydrocarbures, profitant de la politique de privatisation d’entreprises publiques entreprise par Boris Eltsine, permettant à des hommes d’affaires d’acquérir des grandes entreprises à privatiser en échange du financement du budget de l’état. Puis vint Vladimir Poutine. En 1999, l’actuel résident du Kremlin n’a alors que 47  lorsqu’il succède à Boris Eltsine. A l’époque l’ancien agent du FSB traine une réputation moins sulfureuse qu’aujourd’hui. S’il avait pu utiliser des méthodes particulièrement musclées lors de la guerre en Tchétchénie, sa personnalité suscitait beaucoup moins la réprobation qu’aujourd’hui. Premièrement parce qu’il était alors peu connu. Deuxièmement car lors des élections présidentielles...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter